Personne ne doit se sentir isolé car la solidarité doit rester au cœur des relations humaines dans une ville paisible. Aujourd’hui, la précarité est partout. Elle est in- visible : par exemple, une femme ou un homme seul avec deux enfants peut devoir renoncer à beaucoup de choses.

Les associations au cœur de la ville
Le soutien aux associations est une priorité qui se traduira immédiatement par la gratuité des salles, mais également par une augmentation des subventions financée par la baisse de 10% des indemnités des élus.
La mise à disposition de lieux d’exposition gratuits renforcera la visibilité et le rôle des asso- ciations auprès des habitants.

Toutes les générations sur un pied d’égalité
L’augmentation de l’espérance de vie rend nécessaire de créer des équipements et des logements adaptés aux désirs et aux besoins des citoyens âgés.
C’est pourquoi il faudra construire une 5ème mai- son de retraite municipale gérée par le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale), plusieurs résidences senior, et créer une Maison d’accueil spécialisée (MAS) destinée aux personnes han- dicapées âgées, en lien avec les partenaires que sont l’Etat, le Département et les associations. Il n’existe plus aucune crèche municipale à Tours Nord. Dans un quartier densément peuplé, sa construction est impérative. Car l’accueil des jeunes enfants est essentiel pour les familles. C’est un des premiers critères du choix de venir s’installer dans une métropole.

Un hébergement d’urgence décent pour tous
L’urgence sanitaire et humaine appelle des solutions rapides et concrètes. Il est indispensable d’augmenter le nombre de places d’hébergement d’urgence, en lien avec l’Etat et le Département. Il est intolérable que des enfants avec ou sans famille dorment aujourd’hui dans la rue.

Une attention particulière aux enfants
Le prix du repas à la cantine scolaire ne doit plus être un obstacle à sa fréquentation. Nous établirons une tarification indexée sur le Quo- tient familial. Tous les enfants devraient avoir au moins un repas équilibré dans la journée. La création avec les associations et les travail- leurs sociaux d’un comité de lutte contre les violences familiales ou liées aux discriminations (agressions sexistes, racistes, antisémites, LGBTphobes…) se traduira par des moyens renforcés.