Chacun a pu constater que les nuisances de toute sorte et les incivilités, l’insécurité et la délinquance ont augmenté et dégradent la vie quotidienne. Notre devoir est de tout mettre en œuvre pour rétablir la tranquillité et la sécurité dans la ville et particulièrement dans les quartiers dits « sensibles » dont les populations sont les premières victimes.

Le Maire doit pour cela engager une politique ferme de prévention, en renforçant la présence effective de policiers et de médiateurs sur le terrain. Un accompagnement socio-éducatif permettra d’épauler les familles et les associations dans leur rôle auprès des enfants et des adolescents, dans la lutte contre les violences familiales et le décrochage scolaire.

La sécurité et la tranquillité doivent se construire avec les habitants et les acteurs de terrain. La coopération, permanente et ajustée, entre les bailleurs et les travailleurs sociaux, les éducateurs de rue, les médiateurs, les gardiens d’im- meubles et les polices municipale et nationale, est indispensable pour réussir à installer durablement une cohabitation et des relations de voisinage apaisées et sereines.

Ce sentiment de quiétude dans la vie de tous les jours permettra de renforcer les solidarités de proximité dans chaque quartier et de consolider la citoyenneté.

La prévention doit aussi pouvoir s’appuyer sur une coopération réelle de tous les services de police, sur une police municipale des trans- ports publics et sur une réelle collaboration au sein du CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance), et cela à l’échelle des quartiers, dans la perspective d’un travail efficace et constant entre le Préfet, le Procureur de la République et le Maire afin d’apporter des réponses adaptées à chaque situation. Nous pourrions aussi réfléchir à une mutualisation des Polices Municipales de la Métropole.